CIA Gènes Diffusion : une fusion pour préparer l'avenir

Le CIA de Meurthe-et-Moselle, la CEIA des Ardennes, puis le CIA Gènes Diffusion ont décidé de fusionner, courant juin, à l’occasion de leurs assemblées générales extraordinaires respectives. La fusion a été officialisée, le 17 juin, lors de l’assemblée générale du CIA Gènes Diffusion, la dernière en date.

Le nouveau bureau du CIA Gènes Diffusion (de g. à d.) : Gilles LAVISSE, Pierre-Yves de LAMARLIERE, Jean-Marc CANNEAUX, Frédéric LEBLON, Jean-Claude PECHEUX, Alain GUILLAUME, Didier WAHU, François DAMONNEVILLE et Pierre SERET.Face aux nouveaux challenges économiques et organisationnels (baisse du nombre d’éleveurs, fin du monopole de l’insémination artificielle…), le CIA Gènes Diffusion, la CEIA des Ardennes et le CIA de Meurthe-et-Moselle se sont engagés, en 2008, dans un projet commun d'organisation du service de l'insémination et d'animation du territoire. Les trois structures ont décidé de fusionner, courant juin, à l’occasion de leurs assemblées générales respectives.

Présidé par Jean-Claude PECHEUX, élu lors du premier Conseil d’Administration organisé le 30 juin 2010, ce nouveau cadre coopératif, intitulé CIA Gènes Diffusion, permettra de capitaliser sur les forces de chacune des trois entités tout en gardant un service de qualité et de proximité.

Le rapprochement des trois structures permettra une spécialisation plus efficace des agents de terrainLe Conseil d’Administration de la nouvelle structure compte 25 membres, dont 15 issus du CIA Gènes Diffusion, 5 du CIA Meurthe-et-Moselle et 5 de la CEIA des Ardennes. Le nouveau bureau se compose de la façon suivante :

  • Président : Jean-Claude PECHEUX
  • Vice-présidents : Jean-Marc CANNEAUX, François DAMONNEVILLE, Alain GUILLAUME, Pierre-Yves de LAMARLIERE, Gilles LAVISSE, Pierre SERET
  • Secrétaire : Didier WAHU
  • Trésorier : Frédéric LEBLON

Ce rapprochement représente une réelle opportunité pour les trois coopératives qui ont la possibilité de spécialiser davantage leurs agents de terrain, de maintenir un réseau d’inséminateurs important, mais aussi de bénéficier des fonctions de recherche et de veille technologique du groupe Gènes Diffusion.

Quant aux éleveurs, ils continuent d ‘avoir en main la maîtrise de la génétique animale. Cette nouvelle organisation reste, bien entendu, ouverte à d’autres structures dans le futur.

Réagir à cette actualité

 

INDEX

Holstein et Charolais