Interview

Eric FRANCOIS

Responsable de Marché Races Allaitantes

"la génétique ne se limite pas à la mise en place de paillettes"

Si vous êtes adhérent du CIA Gènes Diffusion, vous venez probablement de recevoir, par l’intermédiaire de votre inséminateur, le nouveau catalogue « Races Allaitantes 2007 » que publie chaque année votre coopérative. A l’occasion de sa sortie officielle, nous avons ouvert nos colonnes à Eric FRANCOIS, Responsable de Marché Races Allaitantes, qui nous relate les nombreux événements de la saison écoulée ainsi que ceux à venir pour la nouvelle campagne.

Eric François

Eric François, Responsable de Marché Races Allaitantes

National Blanc Bleu

Le National Blanc Bleu :
le plus grand concours Blanc Bleu jamais organisé !

Voyage Charolais

Le 8ème voyage Charolais :
toujours un succès

Alain Guillaume

Alain Guillaume, Président de GENES DIFFUSION OPTIMAL

Jean-Claude Pecheux

Jean-Claude PECHEUX, Président du CIA GENES DIFFUSION

Marché au Cadran

200 éleveurs se sont retrouvés à Desvres sur le site du Marché au Cadran

Paladin

Paladin SC, père d'Aladin SC

Aladin

Aladin SC, un des premiers veaux porteur du gène sans corne, est issu d'un accouplement dirigé

Boucle rouge

La boucle rouge...

Boucle rouge

...permet d'identifier les animaux à haut potentiel

A l’aube de la nouvelle campagne 2006-2007, dans quel esprit s’est déroulée celle qui vient de se terminer ?

Eric FRANCOIS : S’il y a une chose à retenir de cette campagne 2005-2006, c’est la continuité du développement de notre activité et de nos partenariats. En effet, tout au long de la campagne, Gènes Diffusion s’est investi – comme les années précédentes – en collaboration avec les Chambres d’Agriculture, les Groupements, les Producteurs, les Associations.

Expliquez-nous les événements marquants de cette dernière campagne ?

EF : Tout a commencé en décembre 2005 avec les réunions de la Chambre d’agriculture Nord-Pas-de-Calais. Le matin, Guy CORBEILLE animait un débat sur la conduite technique du cheptel allaitant, l’après midi, le sujet portait sur l’importance de la génétique dans la production « viande bovine » et sur l’interprétation que l’on peut en faire.

Au mois de mai, de nouvelles réunions ont eu lieu avec les associations et les groupements de producteurs du Nord-Pas-de-Calais : ABS, Cévinor, l’Association des éleveurs du Pas de Calais et Promonord Elevage.

Toujours au mois de mai, Gènes Diffusion a co-organisé et sponsorisé le National Blanc Bleu à Steenvoorde à l’occasion de la traditionnelle « Mei-feest » (115ème du nom), cette manifestation a été le plus grand concours jamais organisé en race Blanc Bleu. Cinq régions furent représentées et nous avons frôlé la centaine d’animaux présents. Un chapiteau de 2000 m2 a été mis en place pour l’occasion, accueillant une quinzaine de stands, prouvant ainsi que la race blanc-bleu est d’actualité, capable de répondre aux attentes des éleveurs. Le résultat du National a dépassé nos espérances : le nombre et la qualité des animaux présentés étaient impressionnants et le public présent.

Au mois de juin, s’est tenu notre traditionnel voyage en race Charolaise. Le succès ne se dément pas depuis 3 ans car nous sommes obligés de refuser du monde dans le bus. Cette 8ème édition s’est déroulée en Moselle et a permis aux éleveurs de se rencontrer, d’échanger des idées et des techniques. Ce voyage donne la possibilité de partager l’expérience d’éleveurs représentant l’élite du potentiel génétique. Mais aussi de se resituer et de se motiver pour l’avenir.

Gènes Diffusion Optimal a aussi été l’événement marquant de ce mois de juin…

EF : Tout à fait ! La naissance de Gènes Diffusion Optimal est très importante pour les éleveurs allaitants. Le projet Gènes Diffusion Optimal a été bâti sur la zone dite « Charolais Optimal », ou du moins, 95% de la superficie UCEF – UCHAVE. Autrement dit, les éleveurs allaitants disposent aujourd’hui d’une structure où les gens sont habitués à travailler ensemble avec une optimisation des moyens. Cela nous permet d’aborder sereinement les années à venir, aussi bien d’un point de vue génétique, pratique, qu’économique.

Et dans la deuxième partie de l’année ?

EF : Deux manifestations ont eu lieu au mois de novembre. Le 17 novembre s’est déroulée la vente de reproducteurs Charolais au marché de Desvres. Auparavant, les petites ventes organisées connaissaient un succès mitigé. Il a donc été décidé à l’initiative du Syndicat herdbook charolais du Pas de Calais, et en partenariat avec Cévinor et Gènes Diffusion de réactualiser ces ventes. Cela fait aussi partie de notre rôle d’être présents auprès des éleveurs pour les aider à choisir un bon taureau. La génétique ne se limite pas à la mise en place de paillettes.

Enfin, à l’initiative de la Chambre d’Agriculture de la Somme, une journée a été organisée pour les éleveurs Blonde d’Aquitaine sur la découverte, l’analyse et l’interprétation du bilan génétique. Nous sommes intervenus l’après midi sur l’appréciation des animaux et les possibilités d’accouplements.

Dans le nouveau catalogue « Race allaitantes 2007 », deux articles traitent de sujets passionnants en ce début de campagne : le gène sans corne et la boucle rouge. Pouvez vous nous en dire plus ?

EF : Tous les ans, sur la zone Gènes Diffusion, nous réalisons des conseils « d’accouplement dirigés » sur des mères à taureaux. Cette année, à l’issue de ces accouplements, un veau a été acheté dans la Somme chez Mr Grare (80). Ce veau – ALADIN - a une particularité : il fait partie des premiers veaux porteurs du gène sans corne.

L’accouplement avec PALADIN (son père) sur des mères à taureaux, nous a permis de rentrer des veaux en station d’évaluation dans l’objectif d’être agréés « Qualités Maternelles ». Cela pour dépasser le simple fait de fixer le gène sans corne, avec de bonnes facilités de naissance et un minimum de morphologie. Aujourd’hui, nous passons la vitesse supérieure. L’objectif est de sortir un taureau agréé, sans corne et capable de « fabriquer » des femelles de renouvellement.

En ce qui concerne la boucle rouge, l’article traitant du sujet relate une action menée depuis 3 ans sur la Somme et l’Oise. Il était important de faire le point sur cette démarche, car beaucoup de gens en parlent, beaucoup la critiquent mais peu en comprennent réellement le sens. Cette initiative n’a pas pour but de « casser » le marché de la vente des reproducteurs, mais au contraire, de l’aider.

Elle facilite le choix du taureau par un indicateur visuel – la boucle rouge – sur les animaux au potentiel supérieur. A partir du moment où un éleveur veut acheter un taureau, il ne peut pas le faire en regardant seulement les papiers ou la morphologie d’un veau. Il doit faire les deux. Aller au milieu d’une pâture ou d’une étable, avec un bilan génétique, des contrôles de performances et regarder les veaux, ce n’est pas aisé. A partir du moment où les veaux au potentiel supérieur sont marqués d’une boucle rouge, ça facilite le travail.

La campagne 2006 – 2007 a donc déjà commencé ?

EF : Oui, absolument. A ce titre, je donne d’ailleurs rendez-vous le 20 décembre à Saint-Riquier et à Domvast, où se déroulera la 4ème journée régionale de viande bovine, à l’initiative de la Chambre d’Agriculture de la Somme. Le thème de cette année est la production de taurillons dans notre grande région de Nord - Picardie. Notre coopérative participe également à cette manifestation, en partenariat avec les groupements de producteurs. Cela confirme ce que je disais précédemment : Gènes Diffusion poursuit son action de coopération avec les différents organismes.

Retrouvez toutes les interviews Gènes Diffusion

 

Accédez aux interviews