Dossier Techniques

Olivier BALLE-PIERRE

Technicien Génétique Holstein

Plan d'Accouplement Micro :
un grand PAM pour tous !

En matière d’accouplement, combiner origines, index, objectifs de sélection et tares génétiques tout en intégrant des gammes de taureaux de plus en plus larges constitue un exercice délicat. C’est à partir de ce constat que le besoin d’un outil informatique permettant de réaliser les accouplements en toute sécurité a été mis en évidence au niveau de Gènes Diffusion.

Olivier BALLE PIERRE, technicien génétique et responsable du recrutement pour le schéma de sélection Gènes Diffusion sur l’ouest de la France, a consulté, comparé et analysé plusieurs systèmes d’aide à l’accouplement, pour finalement, choisir le Plan d’Accouplement Micro. Il revient sur les choix qui l’ont poussé à choisir cette solution plutôt qu’une autre.

Olivier Balle-Pierre

Olivier BALLE-PIERRE, Technicien Génétique Holstein à Gènes Diffusion et responsable du recrutement sur l'ouest de la France

Ecran PAM

Ecran d'accueil du PAM.

Ecran objectif

Déterminer les objectifs du troupeau est le point de départ d'un bon accouplement.

Liste taureaux interdits

La liste des taureaux interdits est le service le plus apprécié des utilisateurs du logiciel.

Technicien et éleveur bovin

A partir de la prochaine campagne d'accouplement, tous les éleveurs EDE pourront bénéficier des services du PAM

Réunions

Intégrer le numéro de travail sera probablement une nouveauté du PAM lors de la prochaine campagne.

Trésor Red

Les taureaux rouges seront également intégrés au logiciel prochainement. Ici Trésor Red, fille de LINET RED.

Pour les éleveurs de production...

...ou de morphologie, le PAM s'adresse à tous les types d'éleveurs. Ici Tatcher, fille de ROTHENEUF, 2ème lactation.

Selon le niveau d'équipement des équipes de terrain, l'objectif est de diffuser le PAM auprès de tous les techniciens Gènes Diffusion

Selon le niveau d'équipement des équipes de terrain, l'objectif est de diffuser le PAM auprès de tous les techniciens Gènes Diffusion

Pourquoi Gènes Diffusion s’est-il doté d’un logiciel d’aide à l’accouplement ?

Olivier-BALLE-PIERRE : Depuis plusieurs années, les palettes d’index devenaient de plus en plus importantes et nous étions arrivés à plus de 35 index (synthèse et détail). Cela devenait donc de plus en plus difficile de les avoir tous en tête. A chaque accouplement, on se disait toujours « mince, est ce que je n’ai rien oublié ? ». Avec la fusion des coopératives au sein de Gènes Diffusion, le besoin d’un outil pour l’ensemble des techniciens et inséminateurs s’est vite fait ressentir.

Quelles sont les avantages du PAM et qu’apporte t-il concrètement aux éleveurs ?

OBP : L’avantage du produit est qu’il optimise la répartition de la génétique sur les animaux qui composent le troupeau. C’est ce qui le rend très attractif. Mais pour cela, l’essentiel réside dans la définition de l’objectif troupeau avec l’éleveur, et dans l’établissement de la liste des taureaux de notre gamme y répondant. C’est un service supplémentaire que l’on apporte en même temps que notre génétique. A ce titre, il y a pas mal d’éleveurs qui ont acheté des doses à l’extérieur et, une fois le classement du PAM édité, se rendent compte que les taureaux qu’ils ont utilisés ne correspondent absolument pas à leurs objectifs de sélection.

Parmi ses grandes qualités, je citerais également sa grande vitesse d’exécution et la pertinence des accouplements proposés.

J’apprécie également la liste des 3 taureaux proposés qui tient compte de la disponibilité en paillettes et offre une souplesse de choix supplémentaire avant la validation finale de l’accouplement de chaque femelle.

Ensuite, d’un point de vue plus technique, c’est un outil qui prend en compte les tares génétiques. Chaque accouplement peut être critiqué mais l’essentiel c’est de le justifier. A partir du moment où il n’y a pas d’erreur de consanguinité ou de cumul de tares génétiques, un accouplement se défend.

Cette gestion des tares génétiques amène, entre autre, le point qui séduit tous les utilisateurs du PAM : la liste des taureaux interdits. C’est LE point fort du produit. L’inséminateur connait les taureaux qu’il ne doit pas utiliser pour mettre en péril l’accouplement. C’est le cas lorsque pour une raison quelconque, ce dernier ne dispose dans sa cuve d’aucun des trois taureaux proposés et que l’on est en pleine période de pointe des inséminations ne laissant guère le temps à la réflexion d’un accouplement. Avec ce système, on ne peut pas être pris en défaut.

Le PAM est-il un logiciel que l’on peut faire évoluer ?

OBP : Tout à fait. Il y a quelques modifications légères que nous allons effectuer pour la prochaine campagne d’accouplements.

Nous envisageons également une réécriture du logiciel dans un futur proche ; le rendant encore plus souple, plus attractif, et toujours très performant et ce dans le souci de l’adapter régulièrement aux évolutions de notre activité.

A cet effet, j’ai audité l’ensemble des utilisateurs au sein de chaque GRC.

Le site Internet du CIA Gènes Diffusion a mis en ligne plusieurs témoignages d’éleveurs et de techniciens génétiques qui ont justement fait remonter plusieurs remarques.

« Faire évoluer le logiciel pour les élevages à l’état civil bovin uniquement » Mickaël FIEVET.

OBP : Oui c’est très important d’y penser. Il faut intégrer les éleveurs EDE (non contrôle laitier mais juste à l’état civil bovin). Ces troupeaux ayant également besoin des conseils d’accouplement et d’une expertise solide pourront se réjouir d’utiliser le PAM dès la prochaine campagne.

« On peut effectivement réfléchir sur l’ordre par numéro de travail. » Claude RICHER.

OBP : Dans un troupeau qui achète beaucoup à l’extérieur, le classement des vaches par le numéro national a l’avantage d’identifier les vaches qui auraient le même numéro de travail. D’un autre côté c’est vrai que les éleveurs connaissent mieux les numéros de travail des vaches que le numéro national. C’est quelque chose que l’on devrait pouvoir modifier assez facilement pour la prochaine campagne, car cela ne nécessite pas une intervention lourde sur le logiciel.

« Par rapport à la présentation, ne pourrait-on pas coller les étiquettes d’insémination sur le côté ? » Patrice DUBOIS.

OBP :C’est le genre de demande typiquement interne à la coopérative Gènes Diffusion. Il n’y a pas deux CIA qui fonctionnent de la même façon. A ce niveau là, il faut prévoir une interaction entre le PAM et le logiciel d’insémination utilisé.

« Quelques ajustements peuvent subsister comme, par exemple, la gestion des taureaux rouges ou de la semence sexée. » Marc Bellenguez.

OBP :L’intégration de la semence sexée serait effectivement une belle avancée. Il va falloir, comme tout produit, qu’il s’adapte aux évolutions du marché et ça c’en est une. On ne parlait pas de semence sexée il y a 3 ans, aujourd’hui c’est une technique nouvelle qui est apparue et nous sommes en pleine réflexion sur la façon d’intégrer la semence sexée dans le PAM.

Même constat pour les animaux rouges ou porteurs du facteur rouge. Là encore, dans la réécriture du logiciel, nous envisageons un système où l’inséminateur pourra identifier dans le listing femelles celles que l’éleveur souhaite accoupler avec des taureaux RED ou RF.

Le logiciel s’adapte t-il à tous les profils d’élevage ?

OBP : Bien sûr. Le PAM est le logiciel qui s’adapte le mieux aux différents types d’élevages (lait, morpho, etc…) à condition, bien sûr, de bien déterminer les objectifs. Au sein d’un même troupeau, il est capable de lancer deux types d’accouplements (production ou morphologie) suivant ce que souhaite l’éleveur.

Les choix du PAM sont-ils pertinents ?

OBP : Oui et je dirais même parfois bluffants ! Quand on utilise une palette de taureaux aussi grande, c’est normal de ne pas penser à toutes les configurations. Le PAM permet donc d’intégrer des taureaux auxquels on n’aurait pas forcément pensé par rapport aux objectifs de sélection. On peut être bon en génétique, il y a les « goûts » et l’influence personnelle qui poussent à faire des accouplements d’un style qui revient couramment. Avec le PAM, on sort de cette « routine » et on s’aventure dans des accouplements originaux.

Est-ce que tous les inséminateurs des coopératives associées à l’Entreprise de Sélection Gènes Diffusion vont l’utiliser ?

OBP : C’est l’objectif ! L’évolution se fera suivant l’équipement des hommes de terrain.

Retrouvez toutes les interviews Gènes Diffusion

 

Accédez aux interviews